CM Version 6, Eliot, Silas Marner (1861)

Aller en bas

CM Version 6, Eliot, Silas Marner (1861)

Message par Anaïs le Mar 21 Déc - 4:40


Raveloe était un petit village où subsistait bien des échos du passé, à l'abri des voix nouvelles / épargné par[...]. Non que ce fût une de ces paroisses stériles qu'on trouve aux confins de la civilisation et qui sont peuplées de moutons étiques / chétifs et de quelques rares bergers. Au contraire, ce village [se trouvait dans les / parmi les riches / plaines fertiles] s'étendait dans la riche plaine de cette région que nous nous plaisons à appeler la Joyeuse Angleterre et comptait des fermes qui d'un point de vue purement spirituel/ religieux, rapportaient une dîme tout à fait considérable. Raveloe était cependant niché dans une cuvette bien boisée, à une bonne heure à cheval de tout péage / octroi, un lieu où jamais ne parvenaient / loin de toutes les vibrations d'un cor de postillon et de la rumeur publique. C'était un village d'aspect important, au cœur duquel trônait une fière église ancienne dotée d'un vaste cimetière et qui comptait deux ou trois grandes propriétés de briques et de pierres, flanquées de vergers aux murs solides et surmontées de girouettes décoratives ; ces maisons en bordure de route présentaient des façades plus imposantes que celle du presbytère, qu'on devinait à peine dans la trouée des arbres qui se dressaient de l'autre côté du cimetière ; un village qui révélait d'emblée les principaux centres de son activité sociale et disait assez à l’œil averti / exercé qu'il n'y avait pas de parc seigneurial dans les environs, mais que vivaient à Raveloe plusieurs notables qui pouvaient se permettre une
médiocre exploitation de leurs fermes en ces temps de guerre, tirant un revenu suffisant de ce mauvais fermage pour mener un joyeux train de vie et fêter les fastes de Noël, la Pentecôte et Pâques.

A Raveloe, les festins étaient comme les tranches de viande de bœuf et les barriques de bière, c'est à dire, énormes et de longue durée, surtout l'hiver.



à compléter (je n'ai pas la suite...ni le texte n°5 d'ailleurs, avis aux courageux!)


Dernière édition par Anaïs le Jeu 13 Jan - 5:11, édité 1 fois
avatar
Anaïs
Admin

Messages : 578
Date d'inscription : 13/10/2010
Age : 27
Localisation : Paris / Chamvres
Emploi/loisirs : Etudiante bibliophile
Humeur : Flegmatique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.gruestory.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM Version 6, Eliot, Silas Marner (1861)

Message par cleminou le Mar 21 Déc - 5:13

euh faudrait que j'y fasse. j'essaie avant Noël x)

_________________
"And this I believe: that the free, exploring mind of the individual human is the most valuable thing in the world."

John Steinbeck, East of Eden
avatar
cleminou

Messages : 939
Date d'inscription : 13/10/2010
Age : 27
Localisation : Auxerre ou Dijon.
Emploi/loisirs : Auxerrois
Humeur : flaubertienne

Voir le profil de l'utilisateur http://lesseriestele.forumdefan.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM Version 6, Eliot, Silas Marner (1861)

Message par Marie le Mer 26 Jan - 3:09

Je complète...


En effet, après avoir empaqueté leurs plus beaux effets et leurs chignons postiches dans des boîtes à chapeau et après avoir pris le risque de traverser à gué/passer en croupe des cours d'eau équipées de leur précieux fardeau sous la pluie et la neige, alors qu'on ne savait jamais jusqu'où l'eau allait monter, il ne fallait pas imaginer qu'elles allaient se contenter d'un plaisir de courte durée. C'est pour cette raison qu'on s'arrangeait toujours pendant la saison froide, alors qu'il n'y avait que peu de travaux à accomplir et que les heures s'éternisaient, pour que plusieurs voisins gardent leur maison ouverte à tour de rôle. Dès que les plats qui trônaient chez le Sieur Cass diminuaient en quantité et en fraîcheur il suffisait à ses hôtes d'aller un peu plus loin chez M.Osgood aux "Orchards" et là ils trouvaient du jambon et des échines non entamées, des tourtes qui sentaient bon le feu de bois, du beurre frais, tout ce qu'il fallait pour combler les appétits en goguette/les plus exigeants, plus parfaitement encore, sinon plus abondamment que chez le Sieur Cass.
avatar
Marie

Messages : 642
Date d'inscription : 13/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM Version 6, Eliot, Silas Marner (1861)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum