CM Version 4, Faulks, A Week in December (2010)

Aller en bas

CM Version 4, Faulks, A Week in December (2010)

Message par Anaïs le Mer 17 Nov - 8:27

Sedley se dirigea vers le pupitre et visiblement mal à l'aise, entama une explication des raisons qui l'avaient poussé à se lancer dans l'écriture et plus particulièrement de comment il en était venu à écrire Une Traversée hivernale.
Tranter se mit à bailler, conscient de sa position dans le champ de vision / la ligne de mire de Sedley. Ce dernier commença à lire de sa voix raffinée et un peu chevrotante, un extrait qui évoquait ces rapports avec un père autoritaire / austère, ou quelque chose comme ça / une baliverne de la sorte. Tranter, avec un haussement de sourcil qui exprimait l'incrédulité la plus complète,balaya l'auditoire de son regard afin de susciter des réactions complices. Ce type plaisantait forcément / ça ne pouvait être qu'une blague !
Sedley répondit à la question d'une admiratrice, une dame corpulente coiffée d'un bonnet à pompon, puis se lança dans un « récit de soirée mondaine » où le héros, contre toute vraisemblance insipide, ravissait le cœur d'une svelte créature.
Pendant cet épisode, Tranter augmenta le volume de ses bâillements de manière à / si bien qu'ils se transformèrent en soupirs d'incrédulité. La moitié du public se retourna et il remarqua que Sedley levait / avait levé aussi les yeux.
Il y eu une pause gênante / un moment de gêne prolongé quand il tenta de reprendre le fil de sa lecture. Tandis qu'il reprenait sa lecture, Tranter balaya à nouveau la salle du regard et cette fois ouvrit grand les deux bras, comme pour dire « mais enfin voyons, qu'est-ce qu'il se passe? ». Un petit rire fusa en réponse derrière lui et Sedley, rouge de honte / confusion, leva à nouveau les yeux.
Il répondit à une autre question facile posée,Tranter en était convaincu, par une taupe à la solde du service des relations publiques de sa maison d'édition, puis d'un air très solennel, il se mit à lire le passage où son alter-ego se faisait quitter par la svelte jeune fille. Tranter se rappelait avoir lu le passage, mais ce n'est qu'à présent, en l'entendant lire par Sedley, qu'il comprenait que c'était censé être un moment fort du roman, peut être un moment d'émotion. Se calant bien dans sa chaise, il émit un bâillement encore plus sonore que tous les précédents, presque un rugissement. Puis il écarta les bras d'un geste brusque en jetant ici et là un regard circulaire, désignant avec insistance / indiquant fébrilement sa montre, comme pour faire comprendre qu'il y avait des gens qui travaillaient, qui avaient mieux à faire que d'écouter ces sornettes. Puis repoussant sa chaise, de manière à bien faire grincer les pieds sur le parquet,il se leva et remonta lentement l'allée centrale qui menait à la sortie. Il poussa violemment les portes battantes et sortit sans les retenir, laissant ainsi entrer le maximum de bruit généré par des taxis et des camions qui remontaient péniblement la pente de Rosslyn Hill en pleine heure de pointe.
avatar
Anaïs
Admin

Messages : 578
Date d'inscription : 13/10/2010
Age : 27
Localisation : Paris / Chamvres
Emploi/loisirs : Etudiante bibliophile
Humeur : Flegmatique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.gruestory.fr

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum