Moderato Cantabile, Marguerite Duras - 1958

Aller en bas

Moderato Cantabile, Marguerite Duras - 1958

Message par cleminou le Lun 20 Déc - 23:39



Le Nouveau Roman. Un concept même en soi. Mais il n'a rien à se reprocher ce Nouveau Roman : bien que quelque peu déroutant sur certains points, certains de ses représentants sont extrêmement intéressants. Vous comprendrez l'utilisation de l'adjectif "certain".

Tout commence pour le mieux. Anne Desbaresdes, est chez Mlle Giraud, professeur de piano, avec son fils, qui prend les leçons de piano. Têtu, il ne veut pas comprendre ce que veut dire de jouer "Moderato Cantabile". Quand tout à coup, un cri. On apprend qu'un homme a tué une femme après que nos trois personnages se sont accoudés à la fenêtre. Devant le bar du port, "l'assassinat embrasse avec passion le corps de la femme qu'il a tuée". (Je ne me souviens plus où j'avais trouvé une telle citation de résumé.) Le lendemain, Anne va au bar avec son fils, discuter avec la patronne. Quand arrive un homme qui semble déjà connaître Anne. Ils parlent du meurtre. L'homme invite Anne a revenir au café. Elle apprend un peu après que cet homme s'appelle Chauvin et qu'il travaille pour son mari. Dès lors, s'installe entre eux une relation particulière. Anne change du tout au tout, se mettant d'une certaine manière en marge de la société. La suite se trouve dans le livre.

Moderato Cantabile est le premier de Marguerite Duras que j'ai lu. Le début m'avait paru plutôt engageant. On comprend rapidement l'utilisation du titre, un meurtre a lieu en pleine rue. On s'attend à une intrigue entre privé et public avec des petits éclats de policier. Eh bien non. L'intrigue tient plutôt bien debout, et pourrait être très bien développée, mais seul le développement de la psychologie d'Anne semble intéressant. On n'arrive pas à s'attacher à elle ni à s'y identifier, à moins d'être alcoolique, peut-être. On a plus pitié pour le fils d'avoir une telle mère, même si cela n'est pas probant car le personnage n'est pas assez développé. La fascination d'Anne pour la mort est cependant intéressante à observer mais le personnage laisse un arrière goût de non fini et de mauvais vin. En ce qui concerne le meurtre du départ, on attend une vérité : on ne trouve que des suppositions sur la passion amoureuse. On se pose finalement des questions sur Chauvin : il est censé représenter la tentation et la virilité, mais en fin de compte, il ne reste ni l'un ni l'autre à la fin hormis un échange plutôt marquant mais étrange. "Je voudrais que vous soyez morte", dit Chauvin. "C'est fait", dit Anne Desbaresdes."
A la limite, les passages les plus intéressants sont ceux des leçons de piano, qui représentent vraiment le titre ainsi qu'une certaine innocence avec le personnage de l'enfant. Le reste ne donne qu'une image négative de l'amour, impossible à n'importe quel niveau (amour d'un couple, de parents à enfants...), et toujours lié à la mort. On comprend mieux l'insipidité d'Anne. Si elle avait pu aimer, tout eût été différent.

Je pense qu'il faut avoir lu ce livre, pour se donner une idée du Nouveau Roman et, quand même, de l'écriture de Marguerite Duras. Mais irez-plus plus loin qu'une théorie littéraire, telle est la question...

Je ne demande qu'une chose : dites le contraire de moi pour me faire changer d'avis. Votre entreprise sera bien plus grande que ce livre.

_________________
"And this I believe: that the free, exploring mind of the individual human is the most valuable thing in the world."

John Steinbeck, East of Eden
avatar
cleminou

Messages : 939
Date d'inscription : 13/10/2010
Age : 27
Localisation : Auxerre ou Dijon.
Emploi/loisirs : Auxerrois
Humeur : flaubertienne

Voir le profil de l'utilisateur http://lesseriestele.forumdefan.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moderato Cantabile, Marguerite Duras - 1958

Message par Anaïs le Mar 21 Déc - 0:33

Le fou rire que j'ai eu en ouvrant le sujet...Priceless^^
Moderato Cantabile... Tu as bien fait de rappeler "l'intrigue", je ne m'en souvenais pas avec autant de précision ! Je précise que j'ai entamé l'oeuvre de Duras par Un barrage contre le Pacifique, qui s'apparente encore peu ou prou à un roman de type "classique". Puis vint l'Erreur : la bonne élève consciencieuse qui sommeille en moi a voulu poursuivre, se conformer à la liste des khôlles (je lisais un livre au moins de chaque catégorie pour chaque groupe). J'ai donc craqué la tranche de Moderato Cantabile un beau jour de mars 2009...Une heure et demi plus tard, je refermais l'ouvrage et l'insérais dans ma bibliothèque, entre le Barrage et Hiroshima mon amour (oui, je pousse le vice jusqu'à posséder non point un ou deux livres de madame Duras, mais bien TROIS - je n'ai toujours pas achevé le pénultième ceci dit) et essayais de comprendre ce que je venais de lire, de donner un sens à la publication d'un tel récit... Malgré un exposé enthousiaste sur M. Duras et des cours sur le Nouveau Roman, ainsi que l'activisme sans relâche d'une amie passionnée, je suis au regret de constater que le charme durassien (s'il existe) n'a pour l'instant aucune prise sur moi^^
Je retourne donc lire Flaubert !
avatar
Anaïs
Admin

Messages : 578
Date d'inscription : 13/10/2010
Age : 27
Localisation : Paris / Chamvres
Emploi/loisirs : Etudiante bibliophile
Humeur : Flegmatique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.gruestory.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moderato Cantabile, Marguerite Duras - 1958

Message par cleminou le Mar 21 Déc - 2:34

Charme durassien... Oxymore ? Après trois bouteilles peut-être. Je pense qu'il faut s'immerger dans le monde de l'auteur pour mieux apprécier. (On se fera une soirée Duras quand on aura bu un peu, on verra bien !)

_________________
"And this I believe: that the free, exploring mind of the individual human is the most valuable thing in the world."

John Steinbeck, East of Eden
avatar
cleminou

Messages : 939
Date d'inscription : 13/10/2010
Age : 27
Localisation : Auxerre ou Dijon.
Emploi/loisirs : Auxerrois
Humeur : flaubertienne

Voir le profil de l'utilisateur http://lesseriestele.forumdefan.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moderato Cantabile, Marguerite Duras - 1958

Message par Anaïs le Mar 21 Déc - 2:36

Owii une soirée Duras avec lecture et visionnage de ses chefs d’œuvres! ( et oui, parce qu'en plus il y a le son ! )
avatar
Anaïs
Admin

Messages : 578
Date d'inscription : 13/10/2010
Age : 27
Localisation : Paris / Chamvres
Emploi/loisirs : Etudiante bibliophile
Humeur : Flegmatique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.gruestory.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moderato Cantabile, Marguerite Duras - 1958

Message par cleminou le Mar 21 Déc - 2:54

Hiroshima mon amour on se matera. Puis l'Amant parce que c'est trokoul.

_________________
"And this I believe: that the free, exploring mind of the individual human is the most valuable thing in the world."

John Steinbeck, East of Eden
avatar
cleminou

Messages : 939
Date d'inscription : 13/10/2010
Age : 27
Localisation : Auxerre ou Dijon.
Emploi/loisirs : Auxerrois
Humeur : flaubertienne

Voir le profil de l'utilisateur http://lesseriestele.forumdefan.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moderato Cantabile, Marguerite Duras - 1958

Message par Anaïs le Mar 21 Déc - 3:03

Pitiiiié! je ne tiendrai pas le choc des 15 premiers "Tu n’as rien vu à Hiroshima" ! Very Happy
avatar
Anaïs
Admin

Messages : 578
Date d'inscription : 13/10/2010
Age : 27
Localisation : Paris / Chamvres
Emploi/loisirs : Etudiante bibliophile
Humeur : Flegmatique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.gruestory.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moderato Cantabile, Marguerite Duras - 1958

Message par cleminou le Mar 21 Déc - 3:08

Le mieux reste quand même l'image, je regrette :v

_________________
"And this I believe: that the free, exploring mind of the individual human is the most valuable thing in the world."

John Steinbeck, East of Eden
avatar
cleminou

Messages : 939
Date d'inscription : 13/10/2010
Age : 27
Localisation : Auxerre ou Dijon.
Emploi/loisirs : Auxerrois
Humeur : flaubertienne

Voir le profil de l'utilisateur http://lesseriestele.forumdefan.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moderato Cantabile, Marguerite Duras - 1958

Message par bats le Mar 21 Déc - 5:20

Bon on est d'accord, cette femme c'est pas un écrivain et son livre c'est pas un roman!!!...
avatar
bats

Messages : 160
Date d'inscription : 19/10/2010
Age : 28
Localisation : dijon
Humeur : bonne en général

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moderato Cantabile, Marguerite Duras - 1958

Message par cleminou le Mar 21 Déc - 5:39

Officiellement, si. Officieusement, je te rejoins assez x)

_________________
"And this I believe: that the free, exploring mind of the individual human is the most valuable thing in the world."

John Steinbeck, East of Eden
avatar
cleminou

Messages : 939
Date d'inscription : 13/10/2010
Age : 27
Localisation : Auxerre ou Dijon.
Emploi/loisirs : Auxerrois
Humeur : flaubertienne

Voir le profil de l'utilisateur http://lesseriestele.forumdefan.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moderato Cantabile, Marguerite Duras - 1958

Message par lull' le Mer 22 Déc - 1:34

bon, bon, bon.
Chers amis(amies) khâgneux où est passé votre ouverture d'esprit? En êtes vous réduit à seulement apprécier la délectable lecture de Flaubert?
Marguerite Duras, certes est un calvaire à traduire en anglais, ou en allemand, ou même en français; mais c'est là toute sa richesse. Le nouveau roman n'a pas pour but l'achevé flaubertien, le roman bijoux, ultime, fini. Lire Duras c'est s'attaquer à l'insondable, descendre dans les méandres de l'inconscient, l'alcool peut aider c'est sûr mais je crois qu'ici le travail va plus loin. Je ne suis pas une fervente adepte de marguerite duras je pense cependant pouvoir en dire un peu sur son œuvre ayant lu l'Amant, Moderato cantabile, un barrage contre le pacifique et Hiroshima mon amour. Je n'ai pas tout aimé, l'Amant m'a déçu, Hiroshima m'a gonflé et il faudrait me payer pour que je regarde le film mais par contre j'ai trouvé le barrage très intrigant et moderato cantabile est mon préféré. Bien sûr lire du Duras ne rend pas heureux(c'est comme de sortir d'une cure de R. Banks ou de Dos Passos, ça en fout un bon coup derrière la nuque)mais je pense qu'on peut adopter une double attitude face à l'écriture de Duras. Se laisser happer par sa prose torturée et prendre les faits pour ce qu'ils sont sans trop de réflexion. En découlera alors une relative désillusion sur ce qu'est l'existence, la vérité et la beauté des rapports humains, et je crois que cette première impression est obligatoire. On ferme l'ouvrage et face à cette déconstruction narrative on se trouve un peu perdu. En effet tout n'est pas donné; et vient alors la deuxième attitude: la reconstruction. Par cette démarche on se sent un peu grandit d'avoir dépassé, ou non d'ailleurs, le stade d'errance des personnages de Duras. Si ce n'est pas le cas on peut avoir la même réaction qu'après une pièce de Tchekhov, et suite à une exposition dans les règles de l'art de la médiocrité humaine, se prendre en main, se dire que, non moi je ferais autrement, j'y arriverais. Mais c'est vrai qu'en cela la prose durassienne est déroutante, il faut après la lecture d'une prose alambiquée et chaotique trouver le courage de se heurter à l'absence d'"histoire" traditionnelle et finalement s'en raconter une pour se mettre d'accord avec sa conscience. Donc Moderato Cantabile n'est peut être pas un roman, c'est peut être plus que ça, ou peut être rien du tout. "Car non moins que savoir douter m'est agréable" a dit Dante, d'ailleurs c'est par le doute que Descartes a établit l'existence de l'humain; et avec Moderato Cantabile Duras nous fait douter de ce que nous sommes, de ce qu'est le roman,...Épreuve à laquelle il faut pouvoir se confronter.
avatar
lull'

Messages : 125
Date d'inscription : 13/10/2010
Age : 28
Emploi/loisirs : étudiante théâtreuse!
Humeur : don't worry be happy!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moderato Cantabile, Marguerite Duras - 1958

Message par Anaïs le Mer 22 Déc - 2:08

Je ne pense pas vraiment être réfractaire au genre Nouveau Roman en lui même, j'ai par exemple beaucoup apprécié Les Gommes de Robbe-Grillet, qui, en jouant avec les codes narratifs classiques, m'a obligé à me concentrer davantage, à relier les indices glanés ça et là pour former une intrigue plus ou moins cohérente...Déconstruction romanesque oui, élucubrations non (je trouve personnellement une l'écriture de Duras reste assez plate, je ne ressens rien -même pas de l'agacement ou de la colère, que de l'ennui. Autant passer mon chemin. Pourtant comme je l'ai dit, le premier livre que j'ai lu Un barrage contre le Pacifique ne m'avait pas rebuté, ni dissuadé de poursuivre ma découverte, mais cette volonté d'expérimenter à l'extrême manque ses objectifs de mon point de vue. Pour prendre l'exemple d'un autre chef de file du nouveau roman, j'apprécie Nathalie Sarraute car son écriture me touche, fait ressurgir quelque chose en moi.
Je ne réfléchis pas sur le fondement de l'existence après une cure durassienne, je n'ai même pas envie de reconstruire le "récit" (les sujets évoqués ne m'intéressent tout simplement pas je pense - pourtant il m'est arrivé de m'enthousiasmer pour des romans traitant de sujets a priori peu attractifs Smile )
avatar
Anaïs
Admin

Messages : 578
Date d'inscription : 13/10/2010
Age : 27
Localisation : Paris / Chamvres
Emploi/loisirs : Etudiante bibliophile
Humeur : Flegmatique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.gruestory.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moderato Cantabile, Marguerite Duras - 1958

Message par cleminou le Mer 22 Déc - 3:04

A non mais y'a pas que Flaubert en France ! ^^ Et euh dire que Duras est héritière de Descartes euh x) La seule chose qui me fasse douter c'est sa capacité à écrire un français correct. Et à la fin de son bouquin, tu ne doutes plus que tu es qqn de normal et de normalement constitué :v

Sinon je rejoins Anaïs sur le Nouveau Roman. Duras, c'est un OVNI, mais celui qu'on veut dégager pour préserve la terre. Robbe-Grillet avec ses Gommes, il est juste génial et vraiment intelligent à mettre tout plein de petits indices pour reconstituer toute l'histoire et voire toute la trame autour d'Oedipe si je me souviens bien. Chez Duras, je ne trouve aucune intelligence narrative. On est lecteur et on n'arrive pas être lectant (et on arrive encore moins au lu parce que parce vivre la même chose que ses personnages, OMG) et le livre ne donne rien.
En revanche, les sujets abordés dans MC peuvent être intéressants mais c'est même pas assez creusé en fait. J'ai pas envie de reconstruire son roman après l'avoir lu parce qu'on est tellement déçu et surtout on en a bavé pour arriver à tenter de comprendre certains trucs pendant la lecture que non quoi...
Et l'Amant c'est pire. Les deux premières pages sont vraiment très belles. Et d'un coup, ça part en cacahuète, tu sais pas pourquoi et au bout de 20 pages elle te dit la fin alors que non quoi. Y'a aucun suspense ou alors son suspense il sert à rien parce qu'on a aucune réponse.

_________________
"And this I believe: that the free, exploring mind of the individual human is the most valuable thing in the world."

John Steinbeck, East of Eden
avatar
cleminou

Messages : 939
Date d'inscription : 13/10/2010
Age : 27
Localisation : Auxerre ou Dijon.
Emploi/loisirs : Auxerrois
Humeur : flaubertienne

Voir le profil de l'utilisateur http://lesseriestele.forumdefan.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moderato Cantabile, Marguerite Duras - 1958

Message par LPM le Mer 22 Déc - 3:12

Un passage éclair useless d'un point de vue littéraire mais juste pour remercier cette femme dont le livre (ou roman ou ce que vous voulez) "Hiroshima mon amour" a contribué à ma magnifique note de TPE et, de ce fait, à l'obtention de mon bac.

Arigatô Marguerite
avatar
LPM

Messages : 197
Date d'inscription : 11/12/2010
Age : 30
Localisation : Glasgow
Emploi/loisirs : Lecteur/casse-pieds
Humeur : comme la météo

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moderato Cantabile, Marguerite Duras - 1958

Message par Anaïs le Mer 22 Déc - 3:18

Whaaa le fou ! Tu as fait ton TPE sur Hiroshima mon amour ? o.O

Desproges en a parlé lui aussi à l'époque ^^ (tu vas aimer Cleminou)
avatar
Anaïs
Admin

Messages : 578
Date d'inscription : 13/10/2010
Age : 27
Localisation : Paris / Chamvres
Emploi/loisirs : Etudiante bibliophile
Humeur : Flegmatique

Voir le profil de l'utilisateur http://www.gruestory.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moderato Cantabile, Marguerite Duras - 1958

Message par LPM le Mer 22 Déc - 3:50

Sur Hiroshima en général, et vu qu'il fallait englober l'histoire ET la littérature...
avatar
LPM

Messages : 197
Date d'inscription : 11/12/2010
Age : 30
Localisation : Glasgow
Emploi/loisirs : Lecteur/casse-pieds
Humeur : comme la météo

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moderato Cantabile, Marguerite Duras - 1958

Message par cleminou le Mer 22 Déc - 4:28

Oui tu m'avais déjà montré sur FB ^^ "Marguerite Duras n'a pas écrit que des conneries..." ^^

Ah ouais TPE en travaillant là dessus... GUE-DIN !

_________________
"And this I believe: that the free, exploring mind of the individual human is the most valuable thing in the world."

John Steinbeck, East of Eden
avatar
cleminou

Messages : 939
Date d'inscription : 13/10/2010
Age : 27
Localisation : Auxerre ou Dijon.
Emploi/loisirs : Auxerrois
Humeur : flaubertienne

Voir le profil de l'utilisateur http://lesseriestele.forumdefan.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moderato Cantabile, Marguerite Duras - 1958

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum